LA PRESSE EN PARLE....

 

Le 18 juin 2013 - La Nouvelle République

 

Quel tintamarre chez les époux Follavoine ! Daniel Ferras, metteur en scène du Théâtre de l'Épi, nous plonge dans les ressorts de cette pièce de Feydeau, référence avec Labiche du « Boulevard ». « On raille, on crie, on s'exaspère… et pendant ce temps, qui va purger Bébé ? »

« C'est une gigantesque lessiveuse conjugale » affirmait Feydeau en évoquant cette comédie endiablée, une de ses dernières pièces écrite en 1910.Le porcelainier Follavoine (Marc Aubry bondissant) cherche désespérément à la lettre z d'un dictionnaire où se trouvent les îles Hébrides. Il rêve de décrocher le marché du siècle : fournir l'armée française en pots de chambre incassables (théoriquement).Il invite à dîner Chouilloux (Daniel Raymond, très crédible en coincé qui parle de ses problèmes intestinaux), fonctionnaire influant du ministère des armées, son épouse (Nathalie Deschamps) et l'amant de celle-ci, Truchet (Laurent Fishpain).Mais ce jour-là le fils Follavoine, Toto (espiègle Céline Moreau) qui est, comme tout le monde sait, le diminutif d'Hervé ou encore Bébé pour les parents ! Un sale gosse de 7 ans, constipé et qui ne veut pas prendre sa purge…Les efforts pour convaincre le commanditaire sont ruinés par les intrusions intempestives durant la négociation de sa femme Julie (Laurence Boisot, impayable en mégère négligée, seau de toilette à la main, tourbillon d'hystérie et de mauvaise foi « Comme si je ne comprenais pas toujours très bien ce que tu veux dire… quand tu ne dis rien ! »).

Bourgeoisie et dérision

Dans cette scène de ménage, Julie a le dessus, manipulée par Toto qui parvient à éliminer tous les hommes de la pièce. Il peut ainsi rester dans les jupes de sa mère et l'avoir pour lui tout seul.« Dans cette comédie de mœurs, Feydeau observe et tourne en dérision la société bourgeoise de son époque : le couple petit bourgeois est bousculé, saccagé, dévasté. Il aime dynamiter les conventions bourgeoises avec du " pipi caca ". Feydeau est très scabreux : pots de chambre, seaux d'eaux sales, constipation, mauvaise haleine etc. »Vendre des pots de chambre incassables à l'armée…Indirectement il critique l'institution du mariage considérée par la bourgeoisie comme sacrée. La loi sur le divorce de 1884 est alors toute récente et on sent bien l'envie d'y recourir pour mettre un point final à l'état d'exaspération du couple Follavoine. : reflet des démêlés et déboires conjugaux de Feydeau lui-même.« Le théâtre de Feydeau est très original et ne date pas. Mon parti pris de mise en scène est de monter le texte tel qu'il est écrit, avec tout ce qui est écrit. Feydeau ne laisse rien au hasard. »

 

Accédez à l'intégralité de cet article sur www.lanouvellerepublique.fr

Le 12 décembre 2013 - La Nouvelle République

 

Fort du succès remporté par les précédentes représentations en juin 2012, le théâtre de l'Epi a pris la décision de jouer de nouveau au théâtre Peskine « On purge Bébé », pièce de Georges Feydeau écrite en 1910. « Cette farce conjugale fonctionne comme une mécanique infernale où on ne peut s'écarter du texte », confie le metteur en scène Daniel Ferras qui anime les répétitions trois fois par semaine rue des Papillons, en Vienne. « Gigantesque lessiveuse familiale », selon les propres mots de Feydeau, cette comédie de mœurs met en scène sept personnages dans un tourbillon de déballages burlesques et souvent scabreux qui tournent en dérision la bienséance sociale et le mariage petit bourgeois. Deux représentations sont programmées pour les scolaires (jeudi 19 décembre à 14 h 15 pour les collégiens d'Augustin-Thierry et vendredi 20 décembre à 10 h 30 pour les lycéens de Camille-Claudel) et deux représentations tout public samedi 21 décembre à 20 h 30 et dimanche 22 à 17 h.

 

Accédez à l'intégralité de cet article sur www.lanouvellerepublique.fr

Site crée en 2014 par Le Théâtre de l'Epi.